dimanche 25 juin 2006

Le gouvernement rejette les ingérences d’Hugo Chávez.

La República 

Le gouvernement péruvien a rejeté la nouvelle intromission du président vénézuélien Hugo Chávez Frías, dans un communiqué.
Chávez a lancé depuis Panamá des injures au président Alejandro Toledo, ainsi qu’au mandataire élu Alan García.
Le document a été émis par le ministère des affaires étrangères, indiquant que Chávez a prétendu semer doutes sur le dernier processus électoral péruvien, lequel a été impeccable et a fait l’objet de l’observation internationale, autant de l’OEA que de l’Union Européenne, qui ont vérifié sa transparence et sa régularité absolues. La même Assemblée Générale de l’OEA a officiellement félicité le peuple péruvien, indiquant que les élections se sont effectuées "dans le respect de la volonté populaire, la Constitution et la loi".
Aussi, le Ministre des Affaires Étrangères, Oscar Maúrtua a dénoncé, à l’occasion de la XXXVI ème Assemblée Générale de l’OEA, réunie à Santo Domingo, en République Dominicaine, du 4 au 6 de juin 2006, les maintes intromissions condamnables du président vénézuélien en matière de compétence exclusive du Pérou qui viole le principe de la non intervention.
Cette position, contre le mépris de la part du Gouvernement du Venezuela d’une norme du Droit International qui constitue l’un des principaux fondements, aussi bien de la Charte des Nations Unies que de l’OEA, a reçu à cette occasion le ferme soutien de nombreux et d’importants gouvernements du continent.
L’opinion publique continentale est alertée de ces déclarations de cette nature qui affectent sévèrement les relations interaméricaines, qui se sont fondées traditionnellement sur le respect mutuel, et on y voit-là la fin de la fraternité inspirée de la pensée du Libertador Simón Bolívar.

Posté par courrierdesandes à 22:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le gouvernement rejette les ingérences d’Hugo Chávez.

Nouveau commentaire