lundi 2 avril 2007

Le Chili mine 16 km2 de territoire péruvien.

La Razón, Samedi 31 mars 2007

La Chancellerie aurait confirmé l’information

Tandis que quelques fonctionnaires demandent bruyamment que le Chili restitue les livres qu’ils ont volés pendant la guerre entre 1879 et 1883, ils ignorent apparemment que le pays voisin du sud a miné 16 km2 du territoire péruvien appelé le "triangle", entre le Point de repère Hito1 au bord de l’Océan jusqu'à la Concordia, où commence la limite terrestre.

Cette grave information circule avec force dans les sphères militaires et diplomatiques et elle aurait été confirmée dans la session "privée" de la Commission des Relations Extérieures du Congrès péruvien le 19 février dernier. L'ambassadeur Luis Sandoval, directeur des Limites Terrestres, dans une réunion d’information avec le congressiste Rolando Sousa, a déclaré que les informations échangées dans la Chancellerie tournent autour du fait que de la zone appelée du "triangle" serait minée.

Il a aussi été révélé dans cette session qu'en 1998, la marine Chilienne a changé ses cartes nautiques pour renforcer sa position dans le sens que les limites terrestres concordent avec la limite maritime entre le Pérou et le Chili, qui, selon le voisin du sud, commencerait sur le Point de repère Hito 1. cette position est contraire aux prétentions péruviennes qui établissent la ligne de la Concordia comme le point de référence pour délimiter la frontière maritime.

Il convient d'indiquer que l'article 2 du Traité du 3 juin 1929 dit ceci : "Le territoire de Tacna et d'Arica sera divisé en deux parties. Tacna pour le Pérou et Arica pour le Chili. La ligne de division entre ces deux parties et, par conséquent, la frontière entre les territoires du Pérou et du Chili, partira d'un point de la côte qui sera appelée Concordia, distant de dix kilomètres au nord du pont de la rivière Lluta, et parallèle à la section Chilienne du chemin de fer d'Arica - La Paz, à une distance de dix kilomètres à l’est".

D’après des sources du Ministère de la Défense, le sud du pays, à la frontière du Pérou avec le Chili, est parsemé de mines posées par le Chili dans les années 1970 et 1980

Cette affaire a vu le jour alors que le ministre de la Défense péruvien, Allan Wagner, est en pleine campagne de promotion de mesures de confiance bilatérale avec le Chili pour "transcender les perceptions" d’éventuels conflits "qui n’existent plus".

Antécédents

En avril 2001, les soldats de la marine chilienne avaient installé une tour d'observation près de la frontière avec le Pérou, ce qui avait fait réagir le ministre de l'Extérieur de l’époque, Javier Pérez de Cuéllar, qui avait exprimé son inquiétude avec le gouvernement Chilien.

Les médias ont reporté qu'une des principales raisons pour lesquelles les Forces Armées Chiliennes ont installé ces tours d'observation était la sauvegarde de la population locale des mines terrestres que de fortes pluies avaient déplacées.

Le 7 avril 2000, un citoyen péruvien de 23 ans qui tentait d'entrer illégalement au Chili avec deux compagnons, avait foulé une mine, à six kilomètres à l'est du point de repère frontalier Hito 5. Il avait été transporté à l'hôpital à Arica par les autorités chiliennes, où on lui a amputé la jambe droite. À 4 kilomètres de cet incident, d’après ce qui en a été rapporté, une tour d'observation a été hâtivement installée par la Marine Chilienne, en avril 2001, tandis que le Corps d'Ingénieurs de l’Armée Chilienne avait commencé à déminer les secteurs des rivières San José et Lluta.

Ils risquent leurs vies

Un groupe de législateurs péruviens du Parti Nationaliste a confirmé son voyage à la frontière Chilienne afin de se rendre sur la Ligne de la Concordia, le 5 avril prochain. Le porte-parole nationaliste, Juvenal Ordoñez a rappelé que les législateurs entreprendront ce voyage alors que l’on célèbre une fois de plus l’anniversaire de la déclaration de guerre du Chili au Pérou.


Posté par courrierdesandes à 11:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Le Chili mine 16 km2 de territoire péruvien.

Nouveau commentaire