mardi 3 avril 2007

Alan Ordonne de bombarder les laboratoires de cocaïne

Redaction de La República.

Alan García a demandé au Ministre de l’Intérieur de ne pas céder d’un millimètre face à ceux qui blanchissent l’argent du trafic de drogue.

Alan ordonne de bombarder les puits de macération (qui servent à transformer la feuille de coca en drogue) et les aéroports des trafiquants de drogue - Avec des avions A-37 de la Force Aérienne - Il annonce aussi des mesures contre des paysans producteurs de coca qui approvisionnent les trafiquants. "Nous ne céderons pas au chantage" a-t-il affirmé.
portada_REP_guerre_au_trafic

"Utilisez les avions A-37. Bombardez et mitraillez ces aéroports et ces puits de macérations". C'est dans ces termes -adressés au ministre de l’Intérieur, Luis Alva Castro – que le président Alan García a inauguré ce qui pourrait être sa nouvelle position face à la menace du trafic de drogues et des producteurs de coca.

Selon le Chef de l'État, c'est le moment d'agir avec fermeté face à "ceux qui s’enrichissent avec le trafic de drogue". Pour cela, il a demandé à ses ministres de ne rien céder à ceux qui blanchissent l’argent du trafic de drogues, à ceux qui fournissent la feuille de coca aux trafiquants, et aux chefs de toute la chaîne de la drogue.

Il a aussi déclaré que l’on ne peut pas céder au "chantage" de ceux qui refusent l'éradication des cultures de feuilles de coca. "Nous n’allons pas céder au chantage. Que nous accordions des prêts agricoles, c’est une chose et que nous suspendions l'éradication parce que les cultures alternatives ne sont soi-disant pas rentables, c’en est une autre. Cela rapporte un peu moins, mais on vit au moins dans la légalité". garcia_rep

Photo: Virgilio Grajeda.

Selon le Président, on doit faire la différence entre la production de feuille de coca destinée à la consommation traditionnelle, (infusions, mastication, et offrandes sacrées chez les paysans de l'altiplano) et celle qui est destinée aux narcotrafiquants. "Comment osent-ils me demander de négocier, alors que 90% de la production de feuille de coca va au trafic de drogues. Je ne suis pas une marionnette, ni un pantin des craintes politiques".

Choc des investissements
Par ailleurs, Alan García a justifié les irrégularités détectées dans diverses acquisitions effectuées par l’État comme faisant partie du Choc d'Investissements ordonné par son gouvernement. "Evidemment, on achète tellement pour l’éducation et la santé, cela entraîne inévitablement des problèmes. Les corrompus cherchent toujours leur chance et pour cela, ils créent des entreprises fantômes qui à la fin ne tiennent pas leurs promesses. Mais c'est le prix à payer quand on veut faire les choses trop rapidement. Comme disait Fernando Belaunde (ancien président de la République) : mieux vaut pécher par action que par omission".

Contrôle des matières premières
Finalement, pour conclure sa recette anti-narcotique, le président a demandé au directeur général de la Police, David Rodriguez Segeu, de contrôler l’accès de kérosène vers la Vallée des Rivières Apurímac et Ene (VRAE). garc_a_bombarde

Des précisions : l’aide sociale
Le président Alan García a demandé aux ministres de l’Agriculture et de la Santé de se charger de la promotion sociale dans les zones cocalères pour éviter que des conflits sociaux ne déstabilisent leur politique antidrogue.

Luis Alva Castro explique la proposition (du président)
Le ministre de l'Intérieur, Luis Alva Castro, a essayé d'expliquer la proposition du président Alan García. Selon le ministre, le Président souhaite que l'on bombarde les pistes d'atterrissage qu'utilisent les narcotrafiquants, et que l’on "détruise" les puits de macération. Puis il a expliqué que la destruction des puits de macération se fait toujours en présence de représentants du Ministère Public. L’institution doit certifier qu’il s’agit bien d'installations clandestines destinées au trafic de drogue.
(CdA: Voir dessin de Carlín à ce propos)

Quant au Premier Ministre, Jorge del Castillo, il a précisé que le gouvernement n’acceptera de dialoguer qu’avec les producteurs de coca qui se soumettront volontairement à l'éradication des cultures illégales.

L'analyste Jaime Antezana a qualifié de dangereuse la proposition présidentielle qui consiste à bombarder les puits de macération. En effet, ces installations clandestines se trouvent près des autres cultures des producteurs coca et de leurs fermes. "Le Président a agi avec fermeté face au trafic de drogues, mais sa proposition pourrait coûter des vies humaines" a-t-il ajouté. 


Posté par courrierdesandes à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Alan Ordonne de bombarder les laboratoires de cocaïne

Nouveau commentaire