lundi 11 juin 2007

Arguments "destructeurs" en faveur de l’extradition de Fujimori.

Perú21

Le procureur pense que le juge donnera le feu vert pour l’extradition demandée par l'État péruvien, vu les preuves faisant de Fujimori l’auteur de délits de corruption et de crimes contre l'humanité. Le juge Álvarez a quant à lui commencé à examiner aujourd'hui le rapport du procureur Maldonado.

On attend - L’Extradition de Fujimori est entre les mains du juge Álvarez. Foto: USI

fuji_extrad_070607

Le procureur de la Cour Suprême du Chili, Mónica Maldonado, s'est montré confiant que le juge Orlando Álvarez fera valoir son avis favorable à l'extradition de l'ex président Alberto Fujimori vers son pays.

Maldonado a assuré aux journalistes que les antécédents et les preuves que contient la procédure sont "destructeurs" devant le palais de justice après avoir fait connaître le rapport.

"J’y ai consacré tout le temps dont je dispose pour réviser le dossier et  je pourrais dire qu'en effet les antécédents sont destructeurs" a répété le fonctionnaire judiciaire, qui a recommandé d'approuver l'extradition de Fujimori pour deux cas de violations des droits de l’homme et huit de corruption.

Le rapport du procureur n'est pas astreignant pour le juge chargé de l’affaire. Il peut le prendre en considération ou non pour préparer le jugement en première instance, mais le procureur a souligné son espoir que le juge fera valoir ses recommandations.

"On fait toujours son travail en pensant que le juge chargé du dossier va prendre en considération ces réflexions juridiques, je pourrais donc dire que j'espère que le juge Álvarez fera valoir mon point de vue" a-t-elle précisé.

Elle a ajouté qu'elle se sent "tranquille" une fois le travail accompli. "Je suis tranquille, parce que cette procédure a représenté beaucoup d'étude et j'ai sorti les résultats conformément aux dispositions légales, non seulement celles du Chili mais aussi les conventions internationales".

Bien qu'en congé maladie, le juge Álvarez a entamé ce jeudi même l'examen du rapport du procureur, d’après des sources judiciaires.

Fujimori se trouve au Chili depuis novembre 2005, quand il a débarqué du Japon. Il est resté en détention préventive pendant six mois, durant lesquels l'État péruvien formulait sa demande pour l'extrader.

Il avait obtenu la liberté provisoire en mai 2006, mais l’interdiction de quitter le territoire Chilien n'a pas dissipé les craintes qu’il ne tente de s'enfuir ou qu'il ne demande refuge à l'ambassade du Japon au Chili, dans l'éventualité d'un jugement défavorable.

C’est sur cette base que l'avocat Alfredo Etcheberry, qui représente l'État péruvien dans la procédure d'extradition, a dit qu'il envisage de demander la détention de l’inculpé, voire une assignation à domicile.



La Une du journal La República:
"Grand triomphe de la lutte anticorruption.
Procureur chilien: Extradiez-le !"


rep_08

En bas de page: "Grande joie au Pérou: Les familles de victimes de la Cantuta."




Posté par courrierdesandes à 23:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Arguments "destructeurs" en faveur de l’extradition de Fujimori.

Nouveau commentaire