dimanche 21 mai 2006

Le pays du paradoxe

Le mot du Directeur de Peru21 :

augusto__lvarez_rodrich__directeur_du_journal_per_21

Le défi du prochain président de la République Le candidat qui gagnera les élections retrouvera une nation enveloppée dans un grand paradoxe : une économie assainie après un quinquennat de croissance continue, mais une population frustrée parce que les bénéfices du progrès ne concernent qu’une minorité, et parce que le système politique asphyxie la possibilité de canaliser de manière appropriée les souhaits des citoyens. Résultat, plus du tiers de la population veut partir vers un autre pays.

Le prochain président recevra une nation en bien meilleure situation que ne l’ont reçue, au début de leur mandat, tous les présidents de ce dernier quart de siècle.

L’inflation est faible, l’économie s’accroît de 5% par an, le bilan fiscal est positif, les comptes externes sont en ordre, la banque est solide et il y a de l’argent dans le système pour financer l’investissement.

Sans oublier le vent favorable au niveau international, cela s’explique par la combinaison de bons ministres de l’Économie avec un président comme Alejandro Toledo qui, malgré ses méprises politiques, a défendu une gestion économique prudente, exprimée, par exemple, par le record battu de corrections de projets de loi émis par un Congrès irresponsable et médiocre. Mais si la macroéconomie a bien fonctionné, plusieurs marchés spécifiques ont perdu de leur compétitivité.

À la différence de l’aspect économique, le bilan social est déplorable. Plus de la moitié de la population est pauvre, et moins du cinquième a accès aux biens et services vitaux indispensables, un fait tout aussi dramatique que la malnutrition chronique dont souffre le quart des enfants de moins de cinq ans.

Le panorama est aussi grave sur le plan politique : la majorité de la population a honte de ceux qui exercent la fonction politique, et les institutions élémentaires sont proches du collapsus moral.

Tirer profit de ce vent économique favorable qui continuera à souffler ces deux prochaines années, réaliser les réformes sociales et politiques indispensables, c’est la tâche obligée du prochain chef de l’État. Pourvu que le débat présidentiel de ce soir offre des propositions intéressantes pour mettre en œuvre ces réformes.

Posté par courrierdesandes à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le pays du paradoxe

Nouveau commentaire